Aperçu historique sur les tournois internationaux d’échecs organisés au Maroc

En complément à mon commentaire sur ce grand tournoi international en perspective à Marrakech. J’aimerai étayer mon appréciation personnelle par des arguments historiques, plutôt objectifs…

Ainsi, la première véritable compétition internationale de haut niveau a eu lieu à Casablanca du 03 au 12 mai 1974 ! sous la houlette de Mr.Mohamed Tber célèbre avocat et homme politique qui était à l’époque président de la FRME. Il s’agissait d’un tournoi fermé avec 12 joueurs ? et 11 rondes. Le tournoi qui s’est déroulé à l’hôtel Casablanca fut remporté par le GM roumain fort connu Gheorghiu devant un plateau de Gm et Mi de plusieurs nationalités dont, Kotov (Urss), Trajan (USA)Cardoso (Phi),Karaklajiv (You) , Medina (Esp)… le Maroc était représenté par Feu Bakkali (triple Champion National) et Dr.Nejjar (Champion du Maroc 1970) avec des résultats modestes. A noter que les participants au Tournoi furent reçus (geste exceptionnel) par S.M. le Roi Hassan II … Ce tournoi n’a pas malheureusement eu de suite.

Tanger, réussit plus au moins régulièrement,son tournoi international d’échecs, grâce aux initiatives de Mr.Hajjaj, dont la première édition remonte à l’été 1985, avec de multiples éditions ; La dernière s’est arrêtée en 2004, et avait connu une participation assez élevée avec Hicham Hamdouchi ( qui rempota le tournoi), Libizewski, Conquest, S.Maze et autres.

Rabat, sous l’impulsion de Mr. Elamri a connu (si ma mémoire est bonne) deux tournois opens internationaux (2003 et 2004) avec la présence de certains GM de Russie, Ukraine, Hongrie…mais cette initiative n’a pas pu aller trop loin…pour des raisons financières et organisationnelles dont Mr Elamri pourra nous éclaircir. Les 2 tournois MEGAMALL( 2007 et 2008) ont connu un beau succès et une très bonne ambiance avec une participation internationale assez significative ; Mais il s’agit d’un Marathon du Blitz, joué en 21 rondes tout au long d’une journée.

Le Tournoi qui portait le nom de SAR Sidi Mohammed, organisé par l’Association des navigants techniques de la RAM ( en novembre 1988 à l’hôtel Idou Anfa à Casa) était le tournoi Semi Open le plus important de l’histoire échiquéenne marocaine, avec une très bonne organisation, 100.000 dhs de prix, et 32 joueurs marocains et internationaux. Le tournoi se jouait en 7 rondes à la cadence classique, fut remporté par le GM hollandais REE. A noter que la cérémonie d’ouverture a enregistré la présence de 4 ministres du gouvernement…Malheureusement, pour des raisons extra échiquéennes, il n’y a pas eu de seconde édition…

la plus importante tentative d’organiser un Grand Tournoi International, sous le nom Grand Prix Mohammed VI, par la FRME (présidée alors par M. Amazzal) à El Jadida en septembre 2004, fut plutôt un échec, malgré les 170.000 dhs de prix consacrés à l’événement : mauvaise organisation, peu d’impact médiatique, amateurisme flagrant pour une compétition aussi prestigieuse. Ce Grand Prix n’a pas eu de bonne suite…les raisons sont à chercher côté fédéral…

Je ne voudrais pas oublier le premier tournoi international d’Agadir (1987) qui n’a pas réussi non plus faute d’une bonne préparation, ni omettre les divers tournois internationaux de Larache, dans les années 60 du siècle passé ( voir mon article relatif à ces rencontres à ME)

A Chefchaouen, on a pas osé faire le premier pas, jusqu’à la 8ème édition de la Coupe de Chefchaouen (juillet 2009). Notre tournoi demeure très modeste, et toujours en deçà de nos ambitions, à cause du faible sponsoring disponible, et les possibilités d’accueil et d’hébergement fort limitées. Notre appui principal demeure le conseil municipal de la ville et les autorités provinciales et régionales…

C’est pourquoi j’estime, très objectivement, que Marrakech nous offre une sérieuse opportunité de transcender les obstacles structuraux, organisationnels, financiers et techniques qui ont empêché notre pays d’occuper la place qu’il se doit sur l’échiquier international. La réussite de ce projet ouvrira de larges perspectives pour d’autres régions et villes du Royaume. On doit savoir qu’il est tout à fait possible de bouger, d’organiser et d’innover sans attendre une issue à la crise qui ravage la FRME depuis 5 ans…

Très cordialement.

 

A propos de Said Arif

Rédacteur en chef du site
Pour marque-pages : permalien.

Les commentaires sont fermés.